Reconstruction mammaire : quelles sont les différentes techniques ?

Publié le : 04 novembre 20213 mins de lecture

Une reconstruction mammaire s’impose après une mastectomie. Plusieurs techniques sont disponibles, mais les indications varient en fonction du cas clinique de la patiente. Votre chirurgien pourra vous expliquer la technique parfaite pour vous, mais il est important de connaître les autres techniques pour faire un choix raisonné.

Voici donc les techniques de reconstruction mammaire les plus courantes, que la majorité des chirurgiens pratiquent actuellement.

La technique de la prothèse mammaire

Cette technique est utilisée si la peau est en bon état. Le chirurgien insère une prothèse mammaire, en silicone ou en autre matière, pour reconstruire au mieux la forme du sein. C’est aussi la technique de référence pour une reconstruction mammaire bilatérale.

La sensibilité de la peau du thorax sera conservée, ou légèrement altérée dans de rares cas. Cette technique est la plus facile à pratiquer, et le taux de réussite avoisine les 98 %. Le seul inconvénient est l’aspect des seins après l’intervention. Ils auront une forme moins naturelle que celle d’avant, et il pourra aussi y avoir une légère asymétrie.

Des consultations de contrôle, tous les 12 à 24 mois seront nécessaires pour évaluer l’état des prothèses mammaires. Dix ans après l’intervention, vous pourrez demander de nouvelles prothèses si vous en avez envie, il suffit d’en parler à votre chirurgien.

La greffe autologue

Dans cette technique de reconstruction mammaire, le chirurgien prélève un lambeau à partir des propres tissus de la patiente. Le risque de rejet sera égal à 0, et les seins auront une forme naturelle et symétrique. Cette technique est indiquée pour les patientes qui ont été traitées par radiothérapie.

Dans certains cas, l’état cutané de la patiente ne permet pas une pose de prothèse, le chirurgien pourra aussi procéder à une greffe autologue. Les lambeaux prélevés proviennent de la région abdominale, ou du muscle grand dorsal, et parfois des muscles et des graisses des cuisses.

La reconstruction de l’aréole et du mamelon

Ce type de reconstruction s’inspire de la chirurgie esthétique, dont le but est de redonner un aspect proche du naturel au sein reconstruit. Le chirurgien a recours à deux techniques. Soit, il prélève une partie du mamelon et de l’aréole controlatérale pour l’insérer sur le sein reconstruit. Il prélève ensuite quelques tissus graisseurs pour rehausser la forme des deux mamelons. Si l’état cutané du sein opposé ne permet pas un prélèvement, le chirurgien pourra prélever d’autres tissus provenant des lobes de l’oreille, ou des tissus au niveau du vagin.

Quels sont les traitements chirurgicaux sur les séquelles de brûlures ?

Plan du site